Midas Barrique ( cépage Syrah )

Robe profonde de teinte cerise noire aux nuances violacées. Disque brillant et viscosité marquée. Nez sanguin au prime abord, puis évolue à l’agitation du verre, sur des notes d’olives noires et de violette. Une fois le nez complètement ouvert, des arômes de viande fumée, de mûres sauvages et de boite à cigare complètent la gamme aromatique. Quelle complexité !
L’attaque en bouche est parfaitement mature et exhale des notes épicées (cannelle, poivre noir et bâton de réglisse). Pendant l’évolution en bouche, en plus des saveurs de cassis et de chocolat noir, le vin semble subitement iodée et souligné par le graphite tout en manifestant une grande amplitude sur des tannins intégrés mais encore jeunes. Belle persistance en finale et un retour rétro nasal sur le chocolat noir. Je verrai cette syrah complexe et harmonieuse en accompagnement d’un coffre de canard de Challans rôti au grill, jus réduit aux griottes et légumes d’hiver. A carafer.

Dégustation et texte de Jérôme Aké Béda

Pinot noir, Fût de chêne

Robe grenat de belle profondeur aux nuances rose. Le 1er nez est au prime abord, peu loquace, puis déroule des notes de cèdre et de crayon à papier à l’agitation du verre. A mesure que le vin prend quelques degrés, des senteurs de griottes au kirsch et de suie complète la gamme aromatique. L’attaque est acidulée avec une expression de fraises et de framboises compotées. Pendant l’évolution en bouche, le vin présente un corps assez svelte et une trame encore dans sa gangue boisée. Le milieu de bouche est sphérique avec une belle expression fruitée. La finale est poivrée et se termine avec une légère note tannique qui peut s’atténuer avec l’affinement.
A déguster avec un suprême de pigeon des Deux-Sèvres aux cerises ou sur un tronçon de lotte au lard colonata, sauce au vin rouge.

Dégustation et texte de Jérôme Aké Béda

Mithras ( cépages Cabernet Franc et Syrah )

et_mithrasRobe atramentaire aux nuances violines. Disque brillant et viscosité importante. Des arcades sont visibles sur la paraison à l’agitation du verre. Le nez, malgré sa timidité, laisse transparaitre des notes de cuir neuf, de fruits rouges et noirs dominé par la myrtille fraîche. Une légère touche de pyrazine évoque son assemblage avec le cabernet franc. En bouche, le vin est un vrai tsunami sensoriel, des saveurs de mûres sauvages, de myrtilles et de poivre noir impriment un plaisir édénique. Une fraicheur minérale, habille le fruit et confère un équilibre d’exception au nectar en milieu de bouche. La fin de bouche évoque le moka, signe de son élevage en fût de chêne parfaitement maitrisé et se prolonge interminablement sur une sensation poivrée.
A carafer au moins 1h avant de servir.
Je le recommande sur une côte de boeuf du Simmental grillée, fleur de sel et poivre du moulin, pommes sautées aux échalotes.

Dégustation et texte de Jérôme Aké Béda